Amara

Projection

Depuis le Colorado où il a élu domicile, Fouad Mennana entreprend de retrouver la trace de son défunt grand‑père — Amara Mennana — un agriculteur algérien exproprié de ses terres et déporté dans les bagnes de la Guyane française en 1926.

A 14h00, entrée libre sous réserve d'adhésion (prix libre à partir de 1 euro)

Depuis le Colorado où il a élu domicile, Fouad Mennana entreprend de retrouver la trace de son défunt grand‑père — Amara Mennana — un agriculteur algérien exproprié de ses terres et déporté dans les bagnes de la Guyane française en 1926. Fouad lance sur internet quelques bouteilles à la mer. Mais rien n’est moins accessible que la violence du passé, et les archives et les classements et la poussière des cartons taisent secrètement l’histoire de celles et ceux qui n’ont plus de nom : sans nom patronyme, sans numéro, sans sépulture. Et pourtant, entre les paysages de cette disparition, entre Constantine et Saint Laurent du Maroni, entre Alger, Aix-enProvence et les Etats-Unis, quelques lettres parviennent un jour à leur destination : « si je viens à être libéré, je regagnerai mon pays »

{"item_0":{"type":"breadcrump","online":1,"paddingTop":20,"paddingBottom":20,"paddingLeft":20,"paddingRight":20,"backgroundColor":"#EEEEEE","sectionColor":"#EEEEEE"},"item_1":{"type":"h1","online":1,"paddingTop":20,"paddingBottom":20,"paddingLeft":20,"paddingRight":20,"backgroundColor":"#EEEEEE","sectionColor":"#EEEEEE"},"item_2":{"type":"text","value":"

Depuis le Colorado o\u00f9 il a \u00e9lu domicile, Fouad Mennana<\/strong> entreprend de retrouver la trace de son d\u00e9funt grand\u2011p\u00e8re \u2014 Amara Mennana \u2014 un agriculteur alg\u00e9rien expropri\u00e9 de ses terres et d\u00e9port\u00e9 dans les bagnes de la Guyane fran\u00e7aise en 1926. Fouad lance sur internet quelques bouteilles \u00e0 la mer. Mais rien n\u2019est moins accessible que la violence du pass\u00e9, et les archives et les classements et la poussi\u00e8re des cartons taisent secr\u00e8tement l\u2019histoire de celles et ceux qui n\u2019ont plus de nom : sans nom patronyme, sans num\u00e9ro, sans s\u00e9pulture. Et pourtant, entre les paysages de cette disparition, entre Constantine et Saint Laurent du Maroni, entre Alger, Aix-enProvence et les Etats-Unis, quelques lettres parviennent un jour \u00e0 leur destination : \u00ab si je viens \u00e0 \u00eatre lib\u00e9r\u00e9, je regagnerai mon pays \u00bb<\/p>","background-color":"#FF0000","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","backgroundColor":"#EEEEEE","sectionColor":"#EEEEEE"}}