L'étrange dimanche #2

Rencontres

Apéritif dinatoire en compagnie du cinéma de Tod Browning

L'apéritif est un moment important de détente et de partage. Ces dernières années, il a pris une place importante dans nos soirées au point de prendre la place du classique repas sous la forme d'un apéritif dînatoire. Nous vous proposons de délicieuses recettes tout monde en compagnie de nos classiques cinéma préférés.

Bonne séance. 


The Unknown, 1927 

Le film s’ouvre par un jeu de prestidigitation, le numéro de «couteaux lancés» par Alonzo (Lon Chaney), sur une cible humaine, la belle Nanon (Joan Crawford). Un geste qui annonce au spectateur dans la salle de cinéma qu’un jeu d’illusion va commencer. Tod Browning a été un forain, il sait que les couteaux sur la cible en jaillissent du revers par un mécanisme. Que d’habitude un complice dissimulé est souvent impliqué pour synchroniser l'illusion. C’est ainsi que la modernité du cinéma de Tod Browning est de montrer, en dévoilant l’envers du spectacle, ses mécanismes, ses trucs, son langage.(...) L' artificialité qui se démasque, bouleverse les conventions, la construction, et « marque la rupture de l’ordre représentatif». 

{"item_0":{"type":"breadcrump","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","backgroundColor":"#FFFFFF","sectionColor":"#EEEEEE"},"item_1":{"type":"h1","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","backgroundColor":"#FFFFFF","sectionColor":"#EEEEEE"},"item_2":{"type":"text","value":"

L'ap\u00e9ritif<\/strong> est un moment important de d\u00e9tente et de partage. Ces derni\u00e8res ann\u00e9es, il a pris une place importante dans nos soir\u00e9es au point de prendre la place du classique repas sous la forme d'un ap\u00e9ritif d\u00eenatoire<\/strong>. Nous vous proposons de d\u00e9licieuses recettes tout monde en compagnie de nos classiques cin\u00e9ma pr\u00e9f\u00e9r\u00e9s<\/strong>.<\/p>

Bonne s\u00e9ance. <\/p>


<\/p>

The Unknown, 1927 <\/strong><\/p>

Le film s\u2019ouvre par un jeu de prestidigitation, le num\u00e9ro de \u00abcouteaux lanc\u00e9s\u00bb par Alonzo (Lon Chaney), sur une cible humaine, la belle Nanon (Joan Crawford). Un geste qui annonce au spectateur dans la salle de cin\u00e9ma qu\u2019un jeu d\u2019illusion va commencer. Tod Browning a \u00e9t\u00e9 un forain, il sait que les couteaux sur la cible en jaillissent du revers par un m\u00e9canisme. Que d\u2019habitude un complice dissimul\u00e9 est souvent impliqu\u00e9 pour synchroniser l'illusion. C\u2019est ainsi que la modernit\u00e9 du cin\u00e9ma de Tod Browning est de montrer, en d\u00e9voilant l\u2019envers du spectacle, ses m\u00e9canismes, ses trucs, son langage.(...) L' artificialit\u00e9 qui se d\u00e9masque, bouleverse les conventions, la construction, et \u00ab marque la rupture de l\u2019ordre repr\u00e9sentatif\u00bb. <\/p>","backgroundColor":"transparent","online":1,"paddingTop":"20","paddingBottom":"20","paddingLeft":"20","paddingRight":"20","sectionColor":"#eeeeee","section-id":""}}